La chronique historique : la routine beauté des Romaines !

La chronique historique : la routine beauté des Romaines !

Mesdames, mesdemoiselles et messieurs (et oui, on ne vous oublie pas !), me voici de retour après quelques recherches pointues dans mes bibliothèques favorites pour vous raconter ce à quoi ressemblait la routine beauté des Romaines (entendez les habitantes de la Rome Antique, pas celles de la belle capitale italienne ! 😉). Servez-vous une boisson rafraîchissante, installez-vous dans votre transat (pour les chanceux) ou au fond de la chaise de votre bureau (pour les moins chanceux), et décollez avec moi à destination du pays de la pizza, des gelati et des gladiateurs, de 753 avant J.C. à 476 après J.C. !

Si nos recherches fructueuses nous ont permis de découvrir que les hommes et femmes de la Préhistoire utilisaient les cosmétiques pour s’identifier à des tribus ou pour représenter différentes étapes de la vie, l’inverse est de mise en Rome Antique. Les Romains et Romaines portaient une attention extrême au corps et tenaient, absolument, à se dissocier de l’animalité au moyen de l’éducation et de l’effort.

👉 Stop info : Approfondissez vos connaissances sur la cosmétique à la Préhistoire

Cela dit, vous me direz que, ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est la routine beauté des Romaines. Voici donc un petit compte-rendu de ce que j’ai appris.

Étape 1 – la toilette :

Les Romains étaient très à cheval sur l’hygiène corporelle. Mais tout le monde n’était pas logé à la même enseigne. À la campagne, les hommes et les femmes se lavaient, tous les jours, les bras et les jambes. En revanche, ils ne se lavaient le reste du corps qu’une fois par semaine, voire tous les 9 jours. Je vous vois venir, mesdames, avec vos airs interloqués, mais ces dates spécifiques correspondaient aux jours de marchés et, à la campagne, les moyens financiers étant moins élevés qu’à la ville, la fréquence de la toilette était directement impactée. À la ville, les Romains et les Romaines se rendaient, eux, tous les jours aux bains privés. Les fameux Thermes !

Petite anecdote : l’Empereur Hadrien (117 après J.C. – 138 après J.C.) a mis au point des heures différentes d’accès aux Thermes pour les Romains et les Romaines. Les femmes y allaient le matin, tandis que les hommes y allaient l’après-midi.

Les bains à base de lait étaient réservés aux femmes riches (généralement celui d’ânesse ou d’amande douce). D’ailleurs, ce produit naturel permettait aux Romaines d’atténuer leurs rides. C’est également ce que promettait la vigne blanche ou encore la fiente de pigeon délayée dans du vinaigre (miam)…

Différentes substances, plus ou moins étranges, étaient utilisées pour enlever les impuretés, comme l’écume de salpêtre, de la pâte moussante à base de graisse de chèvre et de cendre de hêtre, ou encore de la farine de fèves et des coquilles d’escargots pilées. Évidemment, dans leur routine beauté, les Romains et les Romaines ne faisait pas l’impasse sur l’hydratation du corps ! Malheureusement pour eux, le soin corps fermeté d’APICIA n’existait pas encore… 😉 Mais les produits naturels avaient toute leur place dans la routine beauté des Romaines : masque au lait d’ânesse, colle d’esturgeon, mie de pain ou encore œufs étaient mis à contribution pour hydrater les peaux.

Petite anecdote : Tout était récupéré ! Après les bains, la crasse et l’huile ôtées des corps étaient réutilisées en tant qu’après-shampoing (re-miam) !

Une fois le corps lavé, vient l’étape cruciale du brossage de dents. Pour cela, rien de plus simple : de la poudre à base de soude, de l’urine (bien utile pour éclaircir les dents), ou encore de la cendre de tête de lièvre permettaient aux Romains d’arborer un sourire ultra-bright !

Étape 2 – le maquillage :

Vient ensuite l’étape tant attendue du maquillage. Dans la routine beauté des Romaines, le make-up est très important car il témoigne du rang social de la personne. Attention, il ne fallait pas avoir la main lourde sur les produits, car l’usage outrancier de maquillage était destiné aux prostitués !

Un teint clair était gage de bonne santé. Il ne devait pas être trop rouge car il était représentatif d’une femme active, mais pas trop clair non plus car il risquait d’évoquer un chagrin d’amour. La parcimonie était donc de mise et la routine beauté des Romaines passaient par quatre incontournables : le teint, les sourcils, le contour des cils et le fard à paupières.

Pour le fond de teint, les Romains s’appliquaient du blanc de céruse et du miel, dans le but de donner l’illusion d’une blancheur juvénile. Pour rehausser le tout, des pigments naturels permettaient d’apporter de la chaleur et des ombres au teint (#contouring 😉). Rien de plus efficace dans ce cas-là que la lie de vin, ou encore le safran ou les coquelicots !

Niveau sourcil, les Romaines les accentuaient avec du khôl dans le but de rétrécir leur front. L’antimoine (métal proche du plomb) était utilisé pour marquer le contour des cils. Concernant les fards à paupières, les Romaines utilisaient les mêmes astuces que leurs ancêtres égyptiennes (intéressée par la cosmétique en Egypte Ancienne 👉 suivez le guide) : des fards à paupières à base de malachite (minerai de couleur verte) ou d’azurite (minerai de couleur bleue), par exemple. Les Romaines s’octroyaient parfois une petite folie en utilisant des cristaux broyés d’hématite (oxyde de fer) qu’elles utilisaient en tant que paillettes pour de grands événements ! Ça devait donner à peu près ça ! 😉 👇

Peu importe leur classe sociale, les Romains et Romaines prenaient tous soin d’eux car, le but, était de paraître sous son meilleur jour !

Alors les filles, vous avez été conquises par ce voyage dans le temps ? Découvrir la routine beauté des Romaines vous a plu ? Quelle chronique vous intéresserait pour la prochaine fois ? Dites-moi tout, je veux savoir !

La chronique historique : la routine beauté des Romaines !
5 (100%) 96 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *