Portrait Cosmétique : Helena Rubinstein, la beauté, vecteur d’émancipation

Portrait Cosmétique :
Helena Rubinstein, la beauté comme vecteur d’émancipation

Ils ont révolutionné l’univers de la cosmétique, ont marqué l’histoire du maquillage ou ont changé vos habitudes beauté. Au cours des dernières années, les soins et les rituels beauté ont évolué, changé, muté. Derrière ces changements, des hommes et des femmes ont profondément transformé le paysage des cosmétiques. À travers une série de portraits, partez à la découverte de ces visages, parfois inconnus, parfois iconiques, qui ont bousculé votre façon de prendre soin de vous. Figures émérites, il est l’heure de faire connaissance avec la première d’entre eux. 😁

Pour ce premier numéro de portrait cosmétique, c’est Helena Rubinstein qui est en vedette ! Si vous ne connaissez pas encore cette femme du monde, elle a pourtant bouleversé la beauté et ses codes : de l’Australie aux États-Unis, en passant par la France 🌎. Figure de proue de l’émancipation féminine dans les années 1900, elle considère la beauté comme un secteur d’innovation pour les femmes. Rencontre !

Portrait cosmétique Helena Rubinstein

1/ Son histoire personnelle : qui, quoi, où, comment ?

C’est au cœur de sa famille polonaise, en plein quartier juif de Cracovie, dans les années 1870, que son amour pour les cosmétiques va prendre racines. Aînée d’une fratrie de huit filles, c’est sa mère qui l’initie aux crèmes. Son secret : un onguent maison pour préserver la peau de ses filles du froid polonais. Chaque soir, elle enduit le visage de chacune d’entre elles. C’est dans sa salle de bain que l’histoire de cette industrielle mondialement connue, débute.

Née sous le nom de Chaja Rubinstein, cette force de la nature va s’exiler en Australie pour fuir un mariage arrangé. Nouvelle vie, nouveau nom. Pour commencer sa vie au pays des kangourous, Chaja se choisit un nouveau prénom : Helena. Elle le conservera pour le restant de sa vie. Une première étape dans la quête d’émancipation qu’elle ne cessera jamais de mener.

Portrait cosmétique Helena Rubinstein

C’est donc au cœur des terres arides et des forêts tropicales australiennes, qu’en 1901, elle fabrique sa première crème pour le visage : la « Valaze » (« don du ciel » en hongrois). Inspiré d’un onguent fabriqué par un ami chimiste hongrois, elle peaufine la formule de cette crème nourrissante. Tout est « home-made » : mélange de lanoline, sésame, cire végétale, huile minérale … cette pommade est surtout adaptée aux peaux des femmes australiennes, abîmées par le soleil. Ses copines l’adorent, les copines de ses copines en redemandent, c’est un succès fulgurant ! C’est une lumière qui jaillit après des années difficiles. Ainsi, elle ouvre son premier salon de beauté à Melbourne en 1902… et c’est loin d’être terminé ! La « success story » ne fait que commencer 🙏.

Portrait cosmétique Helena Rubinstein

2/ Son influence : le monde, les salons & innovations beauté

Le mantra d’Helena Rubinstein : beauté & science sont liées 👩‍🔬. Elle en est persuadée, et a raison d’insister. Dermatologues, diététiciens, relais d’opinion, elle parcourt la planète pour parler aux meilleurs d’entre eux. Elle prend d’ailleurs contact avec Marie Curie, prix Nobel de Physique, et apprend que le corps respire aussi par la peau. Des informations qui l’ont aidée à concevoir et à imaginer les produits cosmétiques que nous connaissons aujourd’hui ! 😁

Mais, c’est en 1910, qu’elle fait une découverte majeure ! Elle invente la classification des différents types de peau : grasse, mixte ou sèche. Elle comprend alors que chaque peau a un besoin spécifique. Ainsi, elle réalise de nombreux tests scientifiques sur ses produits avant leur commercialisation. C’est une révolution dans le monde de la beauté ! 💡

Portrait cosmétique Helena Rubinstein

👉 Pour aller plus loin, voici quelques conseils et solutions de la Biotyfull team si vous avez la peau sèche, une peau mixte, une peau sensible réactive ou bien encore la  peau grasse.

Après avoir posé ses valises quelques temps en Angleterre, c’est à Paris qu’Helena Rubinstein gravit un nouvel échelon dans sa quête d’émancipation. Des salons mondains aux cercles d’artistes et d’intellectuels, elle tombe amoureuse de l’art, de la mode et de l’élégance à la française. Elle y côtoie Marc Chagall, Pablo Picasso, Salvador Dali ou encore Colette. Tous sont séduits par son tempérament féroce. Son premier laboratoire est d’ailleurs créé à Saint-Cloud (en région parisienne) en 1913. Le reste de son histoire la conduira ensuite aux États-Unis, pour se confronter à sa grande rivale de l’époque : Elizabeth Arden, la créatrice d’Estée Lauder, marque pionnière en matière de cosmétique 🌇.

3/ Son héritage : le mascara waterproof & la beauté pour l’émancipation de la femme

Helena Rubinstein ne s’arrête pas à ce qu’elle sait faire. Hors de question ! C’est pourquoi, elle essaye toujours d’être à la pointe des tendances et de dénicher la dernière innovation. Parmi ses produits phares et inédits, elle laisse sa marque dans le paysage cosmétique en commercialisant le premier mascara waterproof. Inventé par une esthéticienne viennoise, impossible pour Helena de laisser passer l’occasion. Ainsi, elle dépose le brevet pour cette invention make-up révolutionnaire. Et, chez les Rubinstein, on fait les choses en grand ! Pour annoncer son arrivée sur le marché, ce 1er cosmétique waterproof est même présenté par les nageuses d’un ballet aquatique, dans le cadre de la New York World’s Fair 🏊‍♀.

Portrait cosmétique Helena Rubinstein

Au cœur de son héritage se trouve aussi toute la culture du culte du corps. Pionnière dans ce domaine, elle préconise les massages, l’exercice physique, l’hydrothérapie, une nutrition saine et équilibrée ainsi que la pratique de la gymnastique. C’est par ailleurs aux côtés de sa grande amie Colette, qu’elle lance son premier atelier de massage dans les salons intellectuels du Paris des années 1910-1920.

Pour Helena Rubinstein, la beauté et le secteur qu’il représente, permet à la femme de s’émanciper. Véritable force et vecteur de pouvoir, la beauté se trouve, selon elle, dans chaque femme. En ouvrant la première école d’esthéticienne aux États-Unis, elle donne ainsi aux femmes la possibilité d’apprendre un métier pour gagner leur indépendance financière. Elle met aussi un point d’honneur à embaucher des femmes au cœur de sa société (même si les postes-clés sont encore tenus par des hommes au cours du XXème siècle). En devenant l’une des femmes les plus riches des États-Unis et en révolutionnant le monde des cosmétiques, elle aura réussi à changer fondamentalement les choses dans ce secteur.

***

Vous connaissez désormais tout sur la célèbre Helena Rubinstein. De son enfance à ses envies d’ailleurs en passant par ses innovations, cette self made woman aura tenu son pari ! Elle liera pour toujours la science et la beauté, pour que chaque femme (ou homme) puisse se sentir bien. Innovations cosmétiques, ouvertures de salons bien-être dans le monde entier ou inventions de produits que nous retrouvons encore aujourd’hui sur les étals des salons d’esthétisme, cette industrielle a révolutionné le secteur de la beauté dans le monde 👑 ! Mais, comme vous serez amené.e à le lire, elle n’est pas la seule à avoir eu un impact sur l’Histoire 🧐. Affaire à suivre…

Avez-vous aimé le portrait cosmétique d’Helena Rubinstein ? Et vous alors, avez-vous en tête une icône mode qui a métamorphosé le monde de la beauté et des cosmétiques ?

Rendez-vous au prochain numéro pour découvrir un nouveau portrait de femme ou d’homme ayant révolutionné la cosmétique .😘

Emilie de la Biotyfull Team

Portrait Cosmétique : Helena Rubinstein, la beauté, vecteur d’émancipation
5 (100%) 2 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *