Conservateurs Naturels en Cosmétique : Tout savoir sur leur utilité et leur légitimité

conservateurs-naturels-en-cosmetique-1

Conservateurs naturels en cosmétique : Tout savoir sur leur utilité et leur  légitimité

Si vous êtes adeptes ou intéressé.es par la cosmétique naturelle, vous vous êtes sûrement déjà posé les questions suivantes : Y a-t-il des conservateurs dans mon produit ? Peut-on vraiment se fier à une phrase d’accroche notifiant « sans conservateur » ? Existe-t-il des conservateurs réellement naturels ? Pourquoi faudrait-il se méfier des conservateurs de synthèse ? Autant de questionnements face à une certaine prise de conscience de consommateurs souhaitant être plus attentifs à ce qu’ils mettent sur leur peau. C’est pourquoi, on a décidé de vous éclairer davantage sur les conservateurs en cosmétique bio 🧐.

1/ Tout d’abord, qu’est-ce qu’un conservateur ?

Il faut en effet commencer par le commencement. D’abord, des conservateurs, on en trouve en alimentaire. Mais, ce qui nous intéresse plus particulièrement ici, ce sont ceux présents dans la liste INCI des produits cosmétiques. Leur mission, s’ils l’acceptent ? Faire obstacle au développement de micro-organismes (champignons, moisissures, bactéries…) en protégeant les formules cosmétiques d’une éventuelle contamination, mais aussi du vieillissement (rancissement…).

En effet, qu’il soit conventionnel ou biologique, un produit cosmétique a tendance à se détériorer petit à petit s’il n’est pas protégé. Au niveau de ses propriétés organoleptiques, il perd aisément en sensorialité au fur et à mesure : odeur qui « tourne », qui rancit, matière qui se sépare en plusieurs phases, texture qui se modifie, couleur qui change… Disons que la dégradation d’un produit est tout à fait naturelle, mais qu’elle peut s’avérer problématique dans certains cas. C’est pourquoi l’ajout de conservateurs naturels dans certains cosmétiques est une solution toute trouvée 😉.

De plus, la loi impose à tout cosmétique mis sur le marché d’être capable de se prémunir d’une contamination microbiologique extérieure.

2/ Dans quels types de produits cosmétiques trouve-t-on des conservateurs naturels ?

De fait, cela dépend des différentes formes galéniques cosmétiques. On utilise des conservateurs dans tout type de produits, mais on les retrouve plus fréquemment dans ceux contenant une grosse proportion d’eau (là où les micro-organismes aiment s’épanouir !). On trouvera également une quantité adaptée de conservateurs naturels en fonction du pH de la formule et/ou de la cible visée (bébé, adulte…).

conservateurs-naturels-en-cosmetique-2

3/ Comment reconnaître les conservateurs naturels ?

On interdit dans les cosmétiques bio et naturels une grande majorité de conservateurs synthétiques. Pour que ceux-ci soient autorisés en cosmétique bio, ils doivent répondre aux exigences suivantes : d’abord, être efficaces, puis d’une extrême douceur. Ensuite, il faut que les conservateurs soient des conservateurs dits « nature-like », c’est-à-dire qu’ils existent déjà dans la nature. On les reproduit ensuite de manière synthétique pour intégrer les formules. On retrouve notamment :

  • L’alcool benzylique (naturellement présent dans certaines plantes et huiles essentielles : ylang-ylang, jasmin…)
  • L’acide benzoïque (que l’on retrouve dans les produits laitiers, par exemple)
  • L’acide sorbique (issu de la baie de sorbier)
  • L’acide salicylique (extrait de l’écorce de saule blanc)
  • L’acide déhydroacétique (origine synthétique, mais non nocif ni pour vous ni pour la planète. Il est biodégradable !)
  • Le sodium benzoate (que l’on peut retrouver naturellement dans les prunes, pruneaux ou pommes, mais qui peut aussi être élaboré synthétiquement)
  • Le potassium sorbate (présent dans le sorbier)

Cependant, même s’ils subissent toute une batterie de tests et sont intégrés avec le plus de précaution possible dans les formules, certains conservateurs naturels peuvent être allergisants ou irritants. Par définition, comme ils luttent contre tout micro-organisme, le risque de perturbation de la flore microbienne de la peau n’est pas inexistant.

conservateurs-naturels-en-cosmetique-3

L’alternative aux conservateurs naturels « nature-like »

Pour qu’un produit cosmétique puisse se passer de conservateurs naturels « nature-like », il peut :

  • Avoir un packaging approprié de type « airless », pour que l’air ambiant ne s’immiscent pas à l’intérieur et qu’ainsi la formule n’ait aucune interaction avec l’air ambiant.
  • Contenir une formule stérilisée (ce système est peu développé, car très onéreux).
  • Être sous une forme galénique ne contenant pas d’eau (et donc sans risque de développement de bactérie) (huile, cosmétique solide bio…)

Ou bien, il existe aussi des conservateurs naturels restés dans leur état naturel. En revanche, ils ont une durée de conservation plus limitée. Par exemple, l’extrait de pépins de pamplemousse ou le leucidal (produit par fermentation de radis)… On utilise ces derniers de manière idéale dans les cosmétiques maison à durée de vie courte.

En outre, l’alcool est également un conservateur. Et, même s’il est parfois controversé, ce n’est pas toujours à raison (👉 tout savoir sur l’alcool dans les cosmétiques), et c’est un puissant bactéricide.

Enfin, les huiles essentielles, en plus de leurs bienfaits thérapeutiques, ont aussi des propriétés fongicides et antibactériennes très intéressantes, comme l’huile essentielle de romarin.

conservateurs-naturels-en-cosmetique-4

4/ Et les conservateurs synthétiques dans tout ça ?

Ce sont les plus répandus dans la cosmétique conventionnelle, et ce sont les moins coûteux, en général. Ils possèdent un large spectre d’action contre les bactéries et les champignons. Cependant, ils peuvent présenter de graves risques pour la santé. En effet, on en suspecte certains d’être des perturbateurs endocriniens, voire d’être potentiellement cancérigènes 😱. Autant vous dire que, nous, on préfère s’en passer ! En voici quelques-uns à bannir de la formule de vos produits cosmétiques : triclosan, paraben, phénoxyéthanol, formaldéhyde, méthylisothiazolinone, cetrimonium bromide…

Alors, que pensez-vous des conservateurs naturels en cosmétique ? Avez-vous appris certaines choses ? Dites-nous tout en commentaire !

Apolline de la Biotyfull Team

Cet article vous a t-il plu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *