No-poo, low-poo, cure de sébum : Tout savoir sur les bienfaits de ces pratiques capillaires

no-poo-low-poo-1

No-poo, low-poo, cure de sébum : Tout savoir sur les bienfaits de ces pratiques capillaires

On entend beaucoup parler de ces termes et de leurs innombrables bienfaits, mais quelles sont précisément les méthodes du no-poo, low-poo et de la cure de sébum ? En quoi sont-elles positives pour la santé et l’aspect de nos cheveux ? Avant de pâlir à l’idée de ne plus faire de shampoing, et de faire du sébum votre meilleur ami, posons les bases pour bien comprendre l’idée 😉. On ne fait pas n’importe quoi et pas n’importe comment. Alors, pour avoir accès à une chevelure plus forte et plus belle grâce au no-poo, low-poo et de la cure de sébum, laissez-vous guider, c’est tout un art !

Le no-poo

Qu’est-ce que le no-poo ?

Cette méthode est l’abréviation de « no shampoo », et signifie donc « pas de shampoing ». L’idée est d’abord de réduire le nombre de shampoings que l’on inflige à nos cheveux, en espaçant le plus possible leur fréquence, mais aussi en laissant tomber les produits conventionnels et chimiques. “Out !” ceux contenant de véritables bombes à retardement, cocktails bourrés d’ingrédients issus de la pétrochimie, perturbateurs endocriniens, tensioactifs irritants, et dénués de véritables actifs de soin. Il s’agit donc de laver ses cheveux le plus naturellement possible, pour ensuite ne plus avoir besoin de les laver… 🧐

Vous paniquez d’avance 😱 ! Mais non, pas d’inquiétude, on s’explique 😉. Lorsque l’on se lave les cheveux, c’est pour y éliminer les impuretés, poussières, et l’excès de sébum accumulés. Mais c’est sans tenir compte du fait que ce dernier n’est pas cra-cra, mais peut plutôt être un atout pour prendre soin de votre crinière. Alors, dans la technique du no-poo, on dit oui pour retirer les « vraies » saletés, mais c’est tout 😊. Car, plus on s’évertue à faire la guerre au sébum avec des formules détergentes, plus les glandes sébacées se sentent agressées et ripostent en produisant davantage de sébum. C’est un cercle vicieux ! Résultat, un shampoing tous les 1 ou 2 jours ! Mais, si l’on peut s’habituer à une fréquence si élevée, sachez qu’avec le no-poo, on peut aussi prendre l’habitude, à l’inverse, de ne plus en faire.

Ainsi, on ne vous somme pas d’arborer à tout prix une chevelure poisseuse pour le plaisir, mais d’être plus modéré·e dans la fréquence de vos shampoings, avec une volonté d’un retour au naturel et à la simplicité.

no-poo-low-poo-2

En pratique

Pour faire du no-poo votre nouvelle routine capillaire, pas question de s’y prendre n’importe comment. En effet, il est important de bien respecter un cheminement précis, pour finalement réussir à ne plus faire de shampoing du tout. Sachez aussi qu’il vous faut un brossage méticuleux matin et soir, pour éliminer le maximum d’impuretés, puis étaler le sébum de vos racines jusqu’à vos pointes, en passant par vos longueurs. Et pour cela, on s’équipe d’une brosse à cheveux adaptée.

no-poo-low-poo-3

  • Étape 1 : D’abord, la base, c’est de mettre au rebut vos soins capillaires chimiques, et de choisir un type de shampoing bio/naturel qui vous convient.
  • Étape 2 : Vous allez donc commencer par effectuer un shampoing bio même s’il ne mousse pas autant que vous en auriez l’habitude 😉 ! Et ceci, à une fréquence de 2 fois par semaine, puis de manière hebdomadaire. S’il vous est trop difficile d’attendre et que vous trouvez vos cheveux gras, n’hésitez pas à vous faire une préparation de shampoing sec grâce à de la fécule de maïs ou un DIY Masque Capillaire Ayurvédique, par exemple.
  • Étape 3 : Ensuite, après quelques semaines à procéder ainsi, il est temps de remplacer votre shampoing classique bio par une préparation avec des poudres naturellement nettoyantes (argile, rhassoul, shikakai, sidr…), accompagnées, par exemple, d’huile d’argan et d’eau florale correspondant à votre type de cheveux. Ou bien, il est aussi possible de faire une pâte avec du bicarbonate de soude. Celui-ci sera suivi d’un rinçage au vinaigre de cidre dilué dans de l’eau. En somme, que des ingrédients bruts, économiques et écologiques !
  • Étape 4 : Enfin, après encore quelques semaines, vous serez peut-être prêt·e à atteindre le but ultime : le « water only ». Vous l’aurez compris, l’idée est de réussir (sur du plus long terme) à ne plus se faire que des rinçages à l’eau. Et ce, sans ajout d’aucun de produit.

no-poo-low-poo-4

Le low-poo

Également appelé « co-wash », littéralement, cette méthode prône une utilisation moindre d’agents lavants. On exclut clairement, comme pour le no-poo, les ingrédients chimiques, trop lourds pour les cheveux et nocifs pour la santé et l’environnement (sans silicones, parabens…). Alors, on remplace le shampoing par une crème lavante ou un après-shampoing, toujours bio ou naturel. Ils peuvent contenir des actifs nettoyants mais en quantité moindre.

Comme pour le no-poo, l’idée est d’espacer progressivement la fréquence de lavage. De plus, un brossage régulier est préconisé pour retirer toutes saletés et harmoniser le sébum sur toute la fibre capillaire. Moins radical que le no-poo, le low-poo est plus abordable à toutes les natures de cheveux 😉.

no-poo-low-poo-5

La cure de sébum

Il s’agit plutôt ici d’une méthode temporaire, plutôt qu’une technique vouée à durer comme le no-poo. Les experts parlent de minimum un mois de cure de sébum. Pour quoi faire, d’ailleurs 🤔 ?! Eh bien, tout simplement pour voir à quel point le sébum n’est finalement pas un ennemi pour vos cheveux. C’est plutôt un ami. Le sébum n’est pas sale, c’est un corps gras naturel qui est présent pour nourrir votre fibre capillaire. Sauf qu’habituellement, il n’a le temps de le faire qu’au niveau de vos racines, puisqu’un shampoing est vite arrivé. Le but de la cure de sébum est d’utiliser à bon escient votre sébum. Et ce, dans le but de rendre plus souple, plus belle et plus brillante votre chevelure. Un gain de volume, de douceur et plus de perte de cheveux excessive. C’est aussi ça la promesse de la cure de sébum.

Dans ce cas, zéro shampoing et zéro rinçage pendant un mois. C’est le temps que le sébum s’écoule bien sur l’ensemble de votre chevelure, pour la lisser et la fortifier. Et on donne un coup de pouce en gardant, comme le no-poo et low-poo, le brossage bi-quotidien, dans tous les sens, puis la tête en bas. Cela décolle parfaitement les peux mortes, enlève les poussières et étire le sébum sur les longueurs. Ensuite, on n’oublie pas de laver sa brosse à chaque fois, avec un savon doux et de l’eau, en la faisant bien sécher.

no-poo-low-poo-6

De plus, on prend l’habitude de masser son cuir chevelu chaque jour. Cela, pour décoller les racines et aérer son cuir chevelu. Enfin, on change sa taie d’oreiller régulièrement. L’astuce beauté en plus ? Attachez-vous les cheveux la journée 😉 !

Et puis, pour conserver les bienfaits d’une cure de sébum, on ne retombe pas dans le piège des shampoings agressifs. Et on essaye ensuite de passer au no-poo, pour encore plus de bienfaits pour vos cheveux, sur du long terme… 😍

⚠ À noter tout de même que ces pratiques peuvent ne pas convenir au cuir chevelu sensible.

no-poo-low-poo-7

Alors, envie d’une détox capillaire avec le no-poo, low-poo ou une cure de sébum ? Si vous avez déjà testé, n’hésitez pas à nous faire vos retours en commentaire !

Anaïs de la Biotyfull Team

No-poo, low-poo, cure de sébum : Tout savoir sur les bienfaits de ces pratiques capillaires
4.7 (94.29%) 7 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *